biodiversite

Participer aux activités des Butineurs

Publié le par Dan Failler

Grâce à ce formulaire vous pouvez désormais vous inscrire et participer aux activités de l'association en compagnie des autres partenaires. Nos activités sont gratuites. Il y a des sorties d'observation d'oiseaux et autres petites bêtes, des ateliers, du bricolage et des visites dans les ruchers.

Le miel est aussi en vente par période.

Enfin des formations, payantes, sont proposées pour ceux qui veulent vraiment s'investir dans une activité proche de la nature : l'apiculture.

Je m'inscris au formulaire des activités

Participer aux activités des Butineurs

Publié dans Biodiversité, Apiculture

Partager cet article
Repost0

Une abeille ne fait pas le printemps

Publié le par Dan Failler

Il ne fait pas si chaud et pourtant elles butinent. Voici quelques images prisent au parc des Hautes Bruyères, dans un saule marsault(Salix capra).

Visiblement c'est surtout le pollen de ce providentiel  arbre avec sa précoce floraison qui attise les convoitises de nos chères abeilles domestiques. En effet quand la ponte de la reine se réactive avec la douce chaleur du soleil, les larves d'abeilles à nourrir deviennent vite très nombreuses. Leur nourriture est : le pollen ajouté aux réserves de miel.

Donc méfiance si le froid revient, il leur faudra chauffer le couvain et puiser dans les réserves de miel que l'apiculteur doit surveiller.

Pour cet exercice du passage de l'hiver au printemps  ce sont nos abeilles noires (apis mellifera mellifera) les plus adaptées.

Des chatons dorés pour un arbre mâle.
Des chatons dorés pour un arbre mâle.
Des chatons dorés pour un arbre mâle.

Des chatons dorés pour un arbre mâle.

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Les faucons d'Arcueil

Publié le par Dan Failler

Sur la commune d'Arcueil un couple de faucon crécerelle a bientôt terminé l'élevage de sa progéniture en cette fin du mois de juin.

On peut encore observer le dernier immature (Ils sont deux) qui tarde à quitter la zone de sa naissance.

Jeune faucon qui ne suit pas encore ses parents.
Jeune faucon qui ne suit pas encore ses parents.

Jeune faucon qui ne suit pas encore ses parents.

Le reste de la famille est certainement en apprentissage de chasse. On peut observer une famille au parc départemental des Hautes Bruyères. Nos observations montrent que des jeunes accompagnent les parents pour chasser dans le parc.  

Les faucons d'Arcueil

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Héron dans la mare

Publié le par Dan Failler

La journée mondiale des zones humides (JMZH) aura lieu le 2 février 2020. Pour cette nouvelle édition, le thème retenu est "zones humides et biodiversité". Il représente une occasion unique de mettre en avant la richesse des milieux humides, l'importance et l'état de leur biodiversité ; ainsi que de promouvoir des actions pour stopper le déclin observé …

Pour les Butineurs, c'est l'occasion de rappeler l'existence de deux mares relativement protégées dans notre environnement proche. La plus profonde est colonisée par des grenouilles rieuses de Lessona et communes qui attirent le héron cendré (Ardea cinerea), qui les mange bien-sûr.

Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Zone humide

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Zone humide

Cette journée Zone humide et biodiversité est l'occasion pour les Butineurs de faire le point sur la situation du crapaud calamite (Epidalea calamita) dans la petite mare du parc des Hautes Bruyères à Villejuif.

La mare éphémère de la parcelle 1 est une mesure de compensation dédiée à ce batracien. Des mesures de gestion sont préconisées. Mais où en est-on ?

Une expo près de la mare d'où les photos ont été prises, permettra de mieux faire connaissance avec cet anoure (anura "sans queue")

Retrait de la vegétation en 2018 par les Butineurs dans une partie de la mare pour rester cohérent avec les besoins du crapaud calamite pour sa reproduction.
Retrait de la vegétation en 2018 par les Butineurs dans une partie de la mare pour rester cohérent avec les besoins du crapaud calamite pour sa reproduction.
Retrait de la vegétation en 2018 par les Butineurs dans une partie de la mare pour rester cohérent avec les besoins du crapaud calamite pour sa reproduction.
Retrait de la vegétation en 2018 par les Butineurs dans une partie de la mare pour rester cohérent avec les besoins du crapaud calamite pour sa reproduction.

Retrait de la vegétation en 2018 par les Butineurs dans une partie de la mare pour rester cohérent avec les besoins du crapaud calamite pour sa reproduction.

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Vie nocturne

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

L'installation de pièges photographiques est une source de renseignement étonnante pour observer et mieux connaitre les déplacements de la faune nocturne.

Cette fois il s'agit d'un renard et sans doute d'une fouine (dernière info : il s'agit plutôt d'un vison d'Europe ?). les images restent toutefois imprécises pour déterminer à 100 %.

Nous sommes à proximité d'un rucher dans la ville de Cachan.

 

Vie nocturne
Vie nocturne
Vie nocturne
Vie nocturne
Vie nocturne

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

En levant les yeux

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)

Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Pollution lumineuse

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Boulevard de la Vanne à Cachan, comme en plein jour, à 11h du soir en décembre.. On est loin de l'idée d'une trame noire qui serait pourtant utile à la faune nocturne locale. La flore est aussi impactée et la lumière blanche pénètre l'intérieur des maisons.
Boulevard de la Vanne à Cachan, comme en plein jour, à 11h du soir en décembre.. On est loin de l'idée d'une trame noire qui serait pourtant utile à la faune nocturne locale. La flore est aussi impactée et la lumière blanche pénètre l'intérieur des maisons.
Boulevard de la Vanne à Cachan, comme en plein jour, à 11h du soir en décembre.. On est loin de l'idée d'une trame noire qui serait pourtant utile à la faune nocturne locale. La flore est aussi impactée et la lumière blanche pénètre l'intérieur des maisons.

Boulevard de la Vanne à Cachan, comme en plein jour, à 11h du soir en décembre.. On est loin de l'idée d'une trame noire qui serait pourtant utile à la faune nocturne locale. La flore est aussi impactée et la lumière blanche pénètre l'intérieur des maisons.

Mais comment faire pour sensibiliser sur l'éclairage qui pollue ?
Mais comment faire pour sensibiliser sur l'éclairage qui pollue ?
Mais comment faire pour sensibiliser sur l'éclairage qui pollue ?

Mais comment faire pour sensibiliser sur l'éclairage qui pollue ?

Les éclairages urbains sont en augmentation malgré les recommandations des naturalistes sur les risques imputables à la biodiversité et à la santé humaine.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo d'un écologue du Muséum d'Histoires Naturelles, Romain Sordello.

Et encore dessous un résumé sur la législation concernant  les éclairages nocturnes.

La sente des Lavandières à Cachan. Trop lumineux, trop dense, trop blanc ?
La sente des Lavandières à Cachan. Trop lumineux, trop dense, trop blanc ?

La sente des Lavandières à Cachan. Trop lumineux, trop dense, trop blanc ?

Pour aller plus loin, dans ce lien, le dossier avec des détails techniques, des dates sur les normes applicables aux éclairages publics. Les nouvelles normes du décret de décembre 2018 seront applicables au 01/01/2020

Publié dans Biodiversité, Trame noire

Partager cet article
Repost0

Un bain de nature aux Hautes Bruyères.

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Un bain de nature aux Hautes Bruyères.Un bain de nature aux Hautes Bruyères.Un bain de nature aux Hautes Bruyères.
Un bain de nature aux Hautes Bruyères.

Intuitivement, nous savons que nous allons mieux lorsque nous effectuons une promenade dans un parc, dans une forêt ou tout simplement au bord d'une rivière ou d'une mare.

Difficile de prouver scientifiquement que la fréquentation de la nature renforce notre immunité, nous aide à lutter contre le stress, restaure la concentration, améliore  notre humeur, réduit les risques de maladies cardio-vasculaires, de diabète et pourtant.... ? 

Le bain de parc :

L'impact de la nature sur le corps et sur le mental est indéniable. Les Butineurs vont proposer prochainement des bains de parc ; des bains de nature dans le parc . Mais comme un bain dans l'eau, nous avons besoin de quelques accessoires.

Nous allons observer, écouter, sentir, marcher doucement, nous assoir, contempler, méditer bref profiter un maximum de la puissance des vibrations que diffuse l'écosystème du parc afin de se retrouver en pleine sérénité et apaisé à la fin de ce bain de nature.

Mais avant d'arriver à un résultat performant, il faudrait réaménager ce parc pour lui redonner un paysage, un écosystème fonctionnel ; car les espaces traumatisés, sans vie animale et végétale, apportent moins les soins ou le bien-être attendu.

Un paysage de biodiversité est composé de trognes, de chemins bordés de haies, de petites parcelles, de verger ou encore de petites cultures potagères ou céréalières.

Le bain de parc, c'est aussi l'observation d'un insecte sur une fleur ou un oiseau qui apporte des brindilles pour son nid, un mâle chanteur qui revendique son territoire, un petit mulot ou un lézard qui se chauffe au soleil dans un coin de talus, l'agitation d'une bourgade d'abeilles solitaires, la dégustation amère d'une prunelle sauvage ou la douceur des mûres... 

Tous ces petits moments décisifs font qu'on se retrouve en symbiose avec la nature. C'est ainsi que l'on prend un bain dans l'océan de la nature.

Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.

Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Ceux qui préfèrent la ville en hiver

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver

Etrangement, la bergeronnette des ruisseaux préfère parfois le milieu urbain pour hiverner.

La présence de l'eau reste quand même une condition indispensable. Cet  individu, ( jeune de l'année qui va passer son premier hiver), photographié aux abords de l'Aqueduc d'Arcueil aurait-il accès à l'eau qui s'écoule dans le monument ?

La Bièvre bientôt réouverte devrait sans doute attirer de nombreux hivernants de cette espèce.

Dans les projets 2020 de l'association, une grande part est réservée aux observations de la faune et de la flore de nos communes. Cela nous permettra de suivre l'évolution des fréquentations en rapport avec la réouverture de la Bièvre, du moins pour la bergeronnette des ruisseaux.

 

Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>