Décharge sauvage

Publié le par Dan Failler

Dans  cette zone protégée, (le parc des Hautes Bruyères est classé Espace Naturel Sensible depuis 2016) Malgré tout il y a en permanence des perturbations et pollutions en tout genre.

Les travaux de la gare du grand paris sont très envahissants, bruyants et perturbants pour des espèces sensibles comme les faucons d'Arcueil... Les travaux d'aménagement internes au parc perturbent aussi la tranquillité des passereaux et des abeilles et cerise sur le gâteau, depuis le début du confinement, mise en place d'une décharge sauvage de gravats dans les douves du fort de la redoute dans un fracas d'enfer toute la journée à peine couvert par les autres travaux..La tranquillité n'est pas de mise ici.

Des travaux en continu qui perturbent la biodiversité ???
Des travaux en continu qui perturbent la biodiversité ???
Des travaux en continu qui perturbent la biodiversité ???

Des travaux en continu qui perturbent la biodiversité ???

En observant bien, on aperçoit un ancien nichoir de pic épeiche en haut du tronc d'arbre brisé.

En observant bien, on aperçoit un ancien nichoir de pic épeiche en haut du tronc d'arbre brisé.

 Présence d'un enfant qui fouille les décombres ?? On parle de gravats quand les déchets sont constitués de béton, briques, pierres, carrelages, ardoises, mélange bitumineux sans goudron, terre, cailloux. Ils contiennent parfois des substances dangereuses comme de l’amiante, du goudron, ou des produits type vernis, aérosols, solvants. Ici rien n'est contrôlé.

Présence d'un enfant qui fouille les décombres ?? On parle de gravats quand les déchets sont constitués de béton, briques, pierres, carrelages, ardoises, mélange bitumineux sans goudron, terre, cailloux. Ils contiennent parfois des substances dangereuses comme de l’amiante, du goudron, ou des produits type vernis, aérosols, solvants. Ici rien n'est contrôlé.

Nos faucons crécerelles qui s'alimentent régulièrement(campagnols, sauterelles) dans ce secteur en sont les premières victimes. Et les oiseaux nicheurs qui vivent ici désertent les lieux chaque année d'avantage. Cette montagne de gravat est une pollution extrême de l'environnement.

https://youtu.be/uUoPAxhQXeY

https://youtu.be/Coonc2R5KlM

Publié dans coup de gueule

Partager cet article
Repost0

Les faucons d'Arcueil

Publié le par Dan Failler

Sur la commune d'Arcueil un couple de faucon crécerelle a bientôt terminé l'élevage de sa progéniture en cette fin du mois de juin.

On peut encore observer le dernier immature (Ils sont deux) qui tarde à quitter la zone de sa naissance.

Jeune faucon qui ne suit pas encore ses parents.
Jeune faucon qui ne suit pas encore ses parents.

Jeune faucon qui ne suit pas encore ses parents.

Le reste de la famille est certainement en apprentissage de chasse. On peut observer une famille au parc départemental des Hautes Bruyères. Nos observations montrent que des jeunes accompagnent les parents pour chasser dans le parc.  

Les faucons d'Arcueil

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Héron dans la mare

Publié le par Dan Failler

La journée mondiale des zones humides (JMZH) aura lieu le 2 février 2020. Pour cette nouvelle édition, le thème retenu est "zones humides et biodiversité". Il représente une occasion unique de mettre en avant la richesse des milieux humides, l'importance et l'état de leur biodiversité ; ainsi que de promouvoir des actions pour stopper le déclin observé …

Pour les Butineurs, c'est l'occasion de rappeler l'existence de deux mares relativement protégées dans notre environnement proche. La plus profonde est colonisée par des grenouilles rieuses de Lessona et communes qui attirent le héron cendré (Ardea cinerea), qui les mange bien-sûr.

Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare
Héron dans la mare

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Zone humide

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Zone humide

Cette journée Zone humide et biodiversité est l'occasion pour les Butineurs de faire le point sur la situation du crapaud calamite (Epidalea calamita) dans la petite mare du parc des Hautes Bruyères à Villejuif.

La mare éphémère de la parcelle 1 est une mesure de compensation dédiée à ce batracien. Des mesures de gestion sont préconisées. Mais où en est-on ?

Une expo près de la mare d'où les photos ont été prises, permettra de mieux faire connaissance avec cet anoure (anura "sans queue")

Retrait de la vegétation en 2018 par les Butineurs dans une partie de la mare pour rester cohérent avec les besoins du crapaud calamite pour sa reproduction.
Retrait de la vegétation en 2018 par les Butineurs dans une partie de la mare pour rester cohérent avec les besoins du crapaud calamite pour sa reproduction.
Retrait de la vegétation en 2018 par les Butineurs dans une partie de la mare pour rester cohérent avec les besoins du crapaud calamite pour sa reproduction.
Retrait de la vegétation en 2018 par les Butineurs dans une partie de la mare pour rester cohérent avec les besoins du crapaud calamite pour sa reproduction.

Retrait de la vegétation en 2018 par les Butineurs dans une partie de la mare pour rester cohérent avec les besoins du crapaud calamite pour sa reproduction.

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Vie nocturne

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

L'installation de pièges photographiques est une source de renseignement étonnante pour observer et mieux connaitre les déplacements de la faune nocturne.

Cette fois il s'agit d'un renard et sans doute d'une fouine (dernière info : il s'agit plutôt d'un vison d'Europe ?). les images restent toutefois imprécises pour déterminer à 100 %.

Nous sommes à proximité d'un rucher dans la ville de Cachan.

 

Vie nocturne
Vie nocturne
Vie nocturne
Vie nocturne
Vie nocturne

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

En levant les yeux

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)
Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)

Une bande d'étouneaux, un groupe de grives mauvis avec un pic épeiche, et enfin l'agitation d'une bande de perruches à collier qui signale le passage d'un busard (cendré ou st martin ?)

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Le constat est amer mais on veut encore y croire !

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Le constat des Butineurs est amer pour 2019.

 

 

Dégradation de l’environnement dans le Val de Bièvre

 

Recul des espèces (disparition d’espèces d’oiseaux nicheurs et régression des populations d’abeilles solitaires).

 

Diminution des espaces naturels (parcs, jardins, délaissés).

 

Augmentation de la pollution (lumière, bruit, poussière, chimie…)

 

Réponse inappropriée, insuffisante ou incomplète des services publics dans le cas d’aménagements pour éviter, réduire, compenser…

 

Mais l’optimisme reste notre moteur.

 

Projet 2020 des Butineurs.

 

Proposer des bains de nature dans les derniers espaces préservés à nos adhérents et autres publics.

 

Développer une connaissance de la loi biodiversité 2016 et sur les compensations écologiques.

 

Développer et faire aboutir des projets de renaturation, d’aménagement-s végétaux ou d'installation de ruchers (écosystèmes fonctionnels, milieux favorables à la faune) avec les collectivités (communes, département…) et d'autres associations.

 

Proposer des formations : apiculture, naturaliste, photographie…

 

Et encore, et encore…

Le constat est amer mais on veut encore y croire !
Le constat est amer mais on veut encore y croire !
Le constat est amer mais on veut encore y croire !
Le constat est amer mais on veut encore y croire !
Partager cet article
Repost0

Pollution lumineuse

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Boulevard de la Vanne à Cachan, comme en plein jour, à 11h du soir en décembre.. On est loin de l'idée d'une trame noire qui serait pourtant utile à la faune nocturne locale. La flore est aussi impactée et la lumière blanche pénètre l'intérieur des maisons.
Boulevard de la Vanne à Cachan, comme en plein jour, à 11h du soir en décembre.. On est loin de l'idée d'une trame noire qui serait pourtant utile à la faune nocturne locale. La flore est aussi impactée et la lumière blanche pénètre l'intérieur des maisons.
Boulevard de la Vanne à Cachan, comme en plein jour, à 11h du soir en décembre.. On est loin de l'idée d'une trame noire qui serait pourtant utile à la faune nocturne locale. La flore est aussi impactée et la lumière blanche pénètre l'intérieur des maisons.

Boulevard de la Vanne à Cachan, comme en plein jour, à 11h du soir en décembre.. On est loin de l'idée d'une trame noire qui serait pourtant utile à la faune nocturne locale. La flore est aussi impactée et la lumière blanche pénètre l'intérieur des maisons.

Mais comment faire pour sensibiliser sur l'éclairage qui pollue ?
Mais comment faire pour sensibiliser sur l'éclairage qui pollue ?
Mais comment faire pour sensibiliser sur l'éclairage qui pollue ?

Mais comment faire pour sensibiliser sur l'éclairage qui pollue ?

Les éclairages urbains sont en augmentation malgré les recommandations des naturalistes sur les risques imputables à la biodiversité et à la santé humaine.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo d'un écologue du Muséum d'Histoires Naturelles, Romain Sordello.

Et encore dessous un résumé sur la législation concernant  les éclairages nocturnes.

La sente des Lavandières à Cachan. Trop lumineux, trop dense, trop blanc ?
La sente des Lavandières à Cachan. Trop lumineux, trop dense, trop blanc ?

La sente des Lavandières à Cachan. Trop lumineux, trop dense, trop blanc ?

Pour aller plus loin, dans ce lien, le dossier avec des détails techniques, des dates sur les normes applicables aux éclairages publics. Les nouvelles normes du décret de décembre 2018 seront applicables au 01/01/2020

Publié dans Biodiversité, Trame noire

Partager cet article
Repost0

Un bain de nature aux Hautes Bruyères.

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Un bain de nature aux Hautes Bruyères.Un bain de nature aux Hautes Bruyères.Un bain de nature aux Hautes Bruyères.
Un bain de nature aux Hautes Bruyères.

Intuitivement, nous savons que nous allons mieux lorsque nous effectuons une promenade dans un parc, dans une forêt ou tout simplement au bord d'une rivière ou d'une mare.

Difficile de prouver scientifiquement que la fréquentation de la nature renforce notre immunité, nous aide à lutter contre le stress, restaure la concentration, améliore  notre humeur, réduit les risques de maladies cardio-vasculaires, de diabète et pourtant.... ? 

Le bain de parc :

L'impact de la nature sur le corps et sur le mental est indéniable. Les Butineurs vont proposer prochainement des bains de parc ; des bains de nature dans le parc . Mais comme un bain dans l'eau, nous avons besoin de quelques accessoires.

Nous allons observer, écouter, sentir, marcher doucement, nous assoir, contempler, méditer bref profiter un maximum de la puissance des vibrations que diffuse l'écosystème du parc afin de se retrouver en pleine sérénité et apaisé à la fin de ce bain de nature.

Mais avant d'arriver à un résultat performant, il faudrait réaménager ce parc pour lui redonner un paysage, un écosystème fonctionnel ; car les espaces traumatisés, sans vie animale et végétale, apportent moins les soins ou le bien-être attendu.

Un paysage de biodiversité est composé de trognes, de chemins bordés de haies, de petites parcelles, de verger ou encore de petites cultures potagères ou céréalières.

Le bain de parc, c'est aussi l'observation d'un insecte sur une fleur ou un oiseau qui apporte des brindilles pour son nid, un mâle chanteur qui revendique son territoire, un petit mulot ou un lézard qui se chauffe au soleil dans un coin de talus, l'agitation d'une bourgade d'abeilles solitaires, la dégustation amère d'une prunelle sauvage ou la douceur des mûres... 

Tous ces petits moments décisifs font qu'on se retrouve en symbiose avec la nature. C'est ainsi que l'on prend un bain dans l'océan de la nature.

Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.

Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Apiculture raisonnée

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Une apiculture sans chimie avec utilisation d'acide, une apiculture sans nourrissement au sucre mais avec du miel.

Des récoltes de miel aléatoire

Remettre le miel quand il est récolté dans les nourrisseur si nécessaire.

Utiliser la méthode de la rupture de ponte, remettre en question l'intrusion dans les ruches, remettre en question un trop grand nombre de ruches.

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>