Un bain de nature aux Hautes Bruyères.

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Un bain de nature aux Hautes Bruyères.Un bain de nature aux Hautes Bruyères.Un bain de nature aux Hautes Bruyères.
Un bain de nature aux Hautes Bruyères.

Intuitivement, nous savons que nous allons mieux lorsque nous effectuons une promenade dans un parc, dans une forêt ou tout simplement au bord d'une rivière ou d'une mare.

Difficile de prouver scientifiquement que la fréquentation de la nature renforce notre immunité, nous aide à lutter contre le stress, restaure la concentration, améliore  notre humeur, réduit les risques de maladies cardio-vasculaires, de diabète et pourtant.... ? 

Le bain de parc :

L'impact de la nature sur le corps et sur le mental est indéniable. Les Butineurs vont proposer prochainement des bains de parc ; des bains de nature dans le parc . Mais comme un bain dans l'eau, nous avons besoin de quelques accessoires.

Nous allons observer, écouter, sentir, marcher doucement, nous assoir, contempler, méditer bref profiter un maximum de la puissance des vibrations que diffuse l'écosystème du parc afin de se retrouver en pleine sérénité et apaisé à la fin de ce bain de nature.

Mais avant d'arriver à un résultat performant, il faudrait réaménager ce parc pour lui redonner un paysage, un écosystème fonctionnel ; car les espaces traumatisés, sans vie animale et végétale, apportent moins les soins ou le bien-être attendu.

Un paysage de biodiversité est composé de trognes, de chemins bordés de haies, de petites parcelles, de verger ou encore de petites cultures potagères ou céréalières.

Le bain de parc, c'est aussi l'observation d'un insecte sur une fleur ou un oiseau qui apporte des brindilles pour son nid, un mâle chanteur qui revendique son territoire, un petit mulot ou un lézard qui se chauffe au soleil dans un coin de talus, l'agitation d'une bourgade d'abeilles solitaires, la dégustation amère d'une prunelle sauvage ou la douceur des mûres... 

Tous ces petits moments décisifs font qu'on se retrouve en symbiose avec la nature. C'est ainsi que l'on prend un bain dans l'océan de la nature.

Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.
Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.

Comme on se baigne dans une eau, on s'immerge dans la nature pour retrouver du bien-être.

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0

Apiculture raisonnée

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Une apiculture sans chimie avec utilisation d'acide, une apiculture sans nourrissement au sucre mais avec du miel.

Des récoltes de miel aléatoire

Remettre le miel quand il est récolté dans les nourrisseur si nécessaire.

Utiliser la méthode de la rupture de ponte, remettre en question l'intrusion dans les ruches, remettre en question un trop grand nombre de ruches.

 

Partager cet article
Repost0

Ceux qui préfèrent la ville en hiver

Publié le par Dan Failler pour les Textes, photos et dessins

Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver

Etrangement, la bergeronnette des ruisseaux préfère parfois le milieu urbain pour hiverner.

La présence de l'eau reste quand même une condition indispensable. Cet  individu, ( jeune de l'année qui va passer son premier hiver), photographié aux abords de l'Aqueduc d'Arcueil aurait-il accès à l'eau qui s'écoule dans le monument ?

La Bièvre bientôt réouverte devrait sans doute attirer de nombreux hivernants de cette espèce.

Dans les projets 2020 de l'association, une grande part est réservée aux observations de la faune et de la flore de nos communes. Cela nous permettra de suivre l'évolution des fréquentations en rapport avec la réouverture de la Bièvre, du moins pour la bergeronnette des ruisseaux.

 

Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver
Ceux qui préfèrent la ville en hiver

Publié dans Biodiversité

Partager cet article
Repost0