Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le festival des abeilles sauvages, domestiques et de la biodiversité.

Le festival des abeilles sauvages, domestique et de la biodiversité urbaine.

Bienvenue dans la troisième édition de cette rencontre de naturalistes, apiculteurs et jardiniers.

Le menu est disponible

dans l 'onglet "Festival 2017"

 

Publié par Dan

La richesse biologique du site des Hautes Bruyères n'en finit pas de nous étonner.

Cette fois c'est une abeille sauvage et solitaire qui nous interpelle. Elle vit en bourgade. Des centaine de terriers ont fait leur apparition en cette fin de mois de juillet.(environ 300)

 

Un lecteur nous informe qu'il s'agit d'un hyménoptère du genre Mélittidae ; une sous famille des halictus. Son nom est dasypoda hirtipes, l'abeille à culotte.

 

 

les taches les plus claires sont des monticules de sable déposé à la sortie du nid.

les taches les plus claires sont des monticules de sable déposé à la sortie du nid.

Les brosses à pollen des pattes postérieures sont remarquables. Les plus développés de la sous-famille des mélittinés. Nous somme fin juillet et l'activité semble plus importante que d'habitude.Inlassablement l'insecte remonte du sable qu'il dépose à l'entrée du trou.

Les brosses à pollen des pattes postérieures sont remarquables. Les plus développés de la sous-famille des mélittinés. Nous somme fin juillet et l'activité semble plus importante que d'habitude.Inlassablement l'insecte remonte du sable qu'il dépose à l'entrée du trou.

L'hyménoptère est méfiant et ne se laisse pas observer ni photographier de trop près. Un peu à la manière des grillons des champs il rentre avec précipitation dans le trou. La galerie principale s'enfonce de 20 à 30 cm dans le sol.

L'hyménoptère est méfiant et ne se laisse pas observer ni photographier de trop près. Un peu à la manière des grillons des champs il rentre avec précipitation dans le trou. La galerie principale s'enfonce de 20 à 30 cm dans le sol.

La période de vol se situe de juillet à septembre.Elles affectionnent strictement les habitats sableux, les sols compacts trop riches en limons ou argiles ne lui conviennent pas...Cette espèce ne semble pas menacée au niveau de la France mais sur certains territoires on la voie moins.

La période de vol se situe de juillet à septembre.Elles affectionnent strictement les habitats sableux, les sols compacts trop riches en limons ou argiles ne lui conviennent pas...Cette espèce ne semble pas menacée au niveau de la France mais sur certains territoires on la voie moins.

Notre lecteur inconnu nous dit " Cette espèce est oligolectique sur astéracées liguliflores (souvent jaune mais aussi les Cychorium bleues)". Traduction : elles butinent essentiellement le nectar et le pollen sur les composées (Astéracées). C'est donc une abeille spécialisée sur un type de fleur très précis. Dans notre cas il s'agit davantage de composées avec les fleurs possédant une corolle développée vers l'extérieur du capitule en une languette colorée en jaune ou en bleue.On pense immédiatement aux sénéçons, aux picris (jaune) ou encore à la chicorée sauvage(bleue).Merci à notre informateur nous allons continuer notre enquête avec beaucoup d'intérêt.Désormais nous savons où chercher ! Pour en savoir plus sur les Dasypoda : http://zoologie.umh.ac.be/hymenoptera/page.asp?id=195

Notre lecteur inconnu nous dit " Cette espèce est oligolectique sur astéracées liguliflores (souvent jaune mais aussi les Cychorium bleues)". Traduction : elles butinent essentiellement le nectar et le pollen sur les composées (Astéracées). C'est donc une abeille spécialisée sur un type de fleur très précis. Dans notre cas il s'agit davantage de composées avec les fleurs possédant une corolle développée vers l'extérieur du capitule en une languette colorée en jaune ou en bleue.On pense immédiatement aux sénéçons, aux picris (jaune) ou encore à la chicorée sauvage(bleue).Merci à notre informateur nous allons continuer notre enquête avec beaucoup d'intérêt.Désormais nous savons où chercher ! Pour en savoir plus sur les Dasypoda : http://zoologie.umh.ac.be/hymenoptera/page.asp?id=195

Commenter cet article

Marie Isabelle 26/07/2013 15:50

Magnifique reportage. Cette espèce est-elle nouvelle dans notre région ? La trouve-t-on ailleurs en France ? @mitiés !